Océans en santé. Communautés en santé
A B C

Karen Wristen

karen-wristen's picture
Directrice Générale

J’ai grandi près de l’eau en Ontario, ma province natale. Mes loisirs d’enfance étaient toujours de nature aquatique; près des rivières, des lacs, en bateau avec ou sans canne à pêche. Toute petite, j’ai même appris à ramer assise sur les genoux de mon grand-père. À 10 ans, j’apprenais à faire du canoë et un peu plus tard je me suis mise à la voile. La première fois que j’ai mis mon pied dans l’eau salée j’avais 16 ans; c’était dans l’eau glaciale et grise de l’océan Atlantique et pas pour longtemps.

En apprenant que le ruisseau de mon enfance, où j’allais puiser de l’eau fraîche pour faire de la limonade pour nos pique-niques en famille, était pollué avec de l’arsenic provenant de l’usine de placage locale, j’ai décidé de m’impliquer pour essayer de le sauver. Je suis devenue membre du club Pollution Probe et c’est là où j’ai appris le pouvoir de la sensibilisation et de la pétition. J’étais tellement indignée par ce genre de pollution que ça m’a inspiré à devenir quelqu’un qui s’assurerait que les bonnes lois soient mises en place et qu’elles soient respectées: j’allais devenir une avocate spécialisée dans le droit de l’environnement. Malheureusement, j’étais un peu visionnaire pour mon temps car le processus d’évaluation environnementale n’existait pas encore et ne deviendrait loi en Ontario qu’en 1976.

Pendant mes études de droit à Osgoode Hall, j’ai eu la chance de faire partie d’un trimestre d’études intensif. J’ai fais un stage au Ministère de l’environnement de l’Ontario et j’ai réalisé que la pratique du droit de l’environnement était à l’état embryonnaire. Mis-à-part obtenir un emploi au Ministère, mes options de poursuivre une carrière en droit environnemental me semblait bien mince; il n’y avait seulement qu’à peu près 2 postes se consacrant au droit et à la politique de l’environnement dans la province à cette époque. Il me faudra être créative pour pouvoir réaliser mon rêve.

Ce n’est que lors de ma première rencontre avec l’océan Pacifique que les choses changeront; la possibilité de travailler avec le mouvement environnemental et d’habiter un endroit d’une beauté à vous couper le souffle se présentait à moi. Quelques années plus tard, la directrice  générale et fondatrice de Living Oceans Society, Jennifer Lash, me demandait de siéger sur le conseil d’administration de sa nouvelle organisation. Je connaissais Jennifer depuis quelques temps et respectait grandement son professionnalisme et son efficacité. Nous avions travaillé de concert sur des dossiers concernant  l’habitat du saumon et l’aquaculture. Depuis sa création, je fais le suivi du travail accompli par l’organisation avec un mélange de fierté et de plaisir.

Comme je prends les rênes de l’organisation à titre de directrice générale, l’eau est devenu plus qu’un plaisir d’étés d’autrefois, c’est maintenant une préoccupation de tout les jours. Je vis sur un voilier 40’ Newport à Snug Cove sur l’île de Bowen. Je traverse l’océan pour aller travailler sur les problèmes qui concernent nos océans et quand je veux relaxer, je passe du temps sur l’océan à faire de la voile.